Mets ton jogging

 

METS TON JOGGING

Il y a quelques semaines, à la suite d’une manifestation contre la loi travail, un ami et comédien brestois, Brieuc Le Guern, me faisait rencontrer un couple de comédiens également brestois, Belén Cubilla et Benoit Morvan.

Depuis cette rencontre, une amitié est née. Depuis cette rencontre nous partageons nos idéaux, nos parcours, nos formations et nos expériences passées à Paris, nos connaissances communes, notre humour et nos progénitures. Belén et Benoit m’ont proposé de rejoindre l’équipe de comédiens de leur prochaine création.

Lors d’une de nos conversations nous nous sommes interrogés sur notre façon de travailler, d’être comédien au quotidien à Brest, entre deux projets, deux résidences, deux périodes de travail, lorsque notre laissons notre corps se rouiller inexorablement…

Nous constations un manque d’entrainement régulier, contrairement aux musiciens et aux danseurs qui ont une pratique quasi quotidienne. Nous avions le désir d’inverser cette tendance, et de rétablir l’équilibre entre temps de jeu, de création et temps administratif.

De ce constat est née l’idée de mettre en place des répétitions hebdomadaires et itinérantes dans les lieux culturels et autres, chez nous à Brest. Et nous avons intitulé cette idée : METS TON JOGGING. Elle consiste à répéter les lundi, mardi, et jeudi de 9h30 à 13h00, dans un lieu, une salle, différente chaque semaine.

Nous sommes tous les 4 comédiens/créateurs, c’est à dire que sur les créations de spectacle auxquelles nous participons, nous écrivons les textes, nous inventons les scènes, nous participons à la dramaturgie, à partir d’improvisations, de travail à la table, de lectures…

Ainsi nous démarrons la semaine par exercer notre premier métier, celui de comédien. Ainsi nous éprouvons nos idées de manière immédiate, sans attendre la prochaine résidence, sans attendre de réunir toute l’équipe artistique.

Cela nous permet d’avancer chacun sur notre création. Les uns après les autres, nous avons la responsabilité de la séance de travail.

Jusqu’à présent nos séances sont nourris d’improvisations, de lectures, d’échauffements physiques, d’observation des lieux que nous visitons, de moments de réflexion.

Notre pèlerinage nous a mené dans les salles noires et blanches du MAQUIS et dans la salle « convivialité » des ATELIERS DES CAPUCINS.

Au delà de notre besoin de répétition, nous souhaitons nous mettre en capillarité avec le lieu et les personnes qui l’habitent, qui y travaillent, en les invitant à partager notre échauffement. Pour se retrouver ensemble en jogging quoi.

Vendredi dernier, nous avons marché à la rencontre des lieux dans lesquels nous aimerions un jour travailler : Le conservatoire d’art dramatique de Brest, le musée des beaux arts, l’école des beaux Arts de Brest… Le hasard nous a fait rencontrer Patrice Coum, le directeur du Mac Orlan qui nous a reçu, nous a fait visiter le lieu et avec qui nous avons échangé sur notre démarche.

 

LE GROUPE

Belén Cubilla

Comédienne/metteur en scène d’origine paraguayenne. En 2010 elle se joint à la cie Maelström et met en scène et joue avec Chloé Duong et Eva Rami « Christine L. » . En 2011 elles créent les soirées « Ils étaient une fois » au theâtre La Loge. Elle dirige « Macario » de Juan Rulfo présenté au festival du Jeune Théâtre National JT14. Elle travaille en tant que comédienne avec Kévin Thébault dans la performance « Jeunesse » expérience pour lieux désaffectés. En 2015 elle joue dans « Théâtre » de Marcus Borja. Elle dirige des stages de théâtre à Asunción au Paraguay et au théâtre de La cité Internationale à Paris. En 2016 elle fonde la compagnie Sonar, avec Benoît Plouzen-Morvan, actuellement en écriture de leur première création autour de la mémoire de l’eau.

 

Benoit Morvan

Benoît Morvan vit dans le nord Finistère où il fonde avec Belén Cubilla leur compagnie. Actuellement en création sur la mémoire la mémoire de l’eau, la présence, l’engagement et l’imposture. Après une formation à l’ ESAD (juin 2O11), Benoît joue avec la cie Maelstöm, Ultima Chamada ( d’un retournement l’autre, Lordon) , Les Attentifs ( Un captif amoureux, Genet), cie des brumes (Jeunesse). Depuis 2009 il travaille dans la Cie AlixM. À côté de ses projets de joueur, Benoît expérimente la photographie argentique, la sculpture, le surf, la plongée et l’écriture cinématographique.

 

Brieuc Le Guern

Il suit les cours d’art dramatique d’Olga Jirouskova au Conservatoire de Quimper tout en jouant avec la cie du chat qui tousse ». Il se forme ensuite à Paris à l’école de théâtre « L’éponyme ». Avec Aitor Bourgade, il créé « Libre si on veut », un duo clownesque sous le regard de Myriam Erlich. Puis ils monteront « L’avare », des textes de Xavier Durringer et Alejandro Jodorowsky », et créeront un spectacle de rue « Karibou ». Il approfondie sa recherche du clown et du mouvement avec Tom Ross et Nathalie Tarlet. Il se forma à la danse en participant à une création d’Olivier Dubois, « Les mémoires d’un seigneur », et d’intégrer une jeune compagnie de danse urbaine, « les Walkwomans ». Il organise également des lectures pour déficients visuels dans le cadre du festival « Mots dits Mots Lus » organisé par la Constellation.

 

Ronan Le Fur

Il a démarré le théâtre il y a 3 jours. Le temps pour lui de d’aprofondir les méthodes de travail des Cours Florent et de l’école Jacques Lecoq. Il appartient à cette race des grands comédiens qui culmine à plus d’1 mètre 96 l’été. Ce qui lui permet de se confronter aux grands rôles dans des petites pièces. Il apprend ses textes par cœur afin d’éviter toute déconvenue durant la représentation. Il peut parler, bouger et respirer, parfois les trois en même temps. Il a fait de son corps un atout, pouvant jouer de profil, de dos ou parfois caché, mais c’est de face qu’il donne toute l’ampleur de son génie. Vous avez forcement déjà aperçu sa silhouette à proximité de chez vous avec les Gigot Bitume, Compagnie DCA Philipe Decouflé, Wet Picnic, 38CIT, Derevo, Cie Dédale, Cie de la Nationale Fantôme, Cie Konfiskée.

4 Commentaires

  1. Bonjour joggeur.euse.s,

    Je souhaiterai venir mettre mon jogging avec vous.
    Comment faire ? Y-a-t-il un chrono qualificatif ?

    Ceci dit, je veux bien être un passeur/facilitateur pour le lieu de la chapelle Dérézo.

    Des bisous rebondis

    • Bonjour Kévin,
      1. As-tu un jogging propre ?
      2. Sais-tu dire bonjour ?
      3. Nous t’accueillerons avec plaisir au maquis les 26,27 et 29 pour l’échauffement à 9h30.
      Bon week-end !

  2. Bonjour Belén, Benoît, Brieuc et Ronan,
    J’ai un jogging propre. Je serais heureux de vous montrer comment je sais dire bonjour.
    Si toute fois le 26, 27, 29 vous aviez plaisir à m’accueillir, je saurai dans quelques jours si je suis disponible ces matins là.
    Bonne semaine à tous !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Publier des commentaires