Visites décalées - Brest la blanche

Retours écrit d’un participant des visites, un certain Patrick, qui remercie son amie Christine de lui avoir recommandé les visites décalées.

« Christine,
Encore bravo pour cette belle initiative tout temps, comme il se doit à Brest.
Votre expérience de votre « révolution » des Archives Municipales est fortement palpable.
Les quelques sources d’informations que les comédiens vont citer et remercier avec force transparence étaient finement ciselées, synthétisées et mises en scène.
Tout s’est retrouvé, de l’accueil avant 20 heures, au clap de fin en bas de Siam face aux Capucins, dans l’esprit de Brest la Souterraine.
Une tirade résume cette prestation très professionnelle : « Brest la blanche, Brest la rouge et maintenant Brest la jaune… », en lien avec le rond-point habité de Penn Ar C’hleuz, cité de fait aussi.
Ces deux comédiens ont été d’une finesse rare, composant avec les vents, les courants d’air, les grains légers, le froid à peine pénétrant, le jeune fou de Siam qui vient les arrêter devant Histoire de Chocolat (axe mineur de Siam) en criant sa révolte, mais finissant par se taire, écouter, sourire et continuer son chemin montant.
Excellente réaction douce de ce Le Fur haut sur pattes comme ultra serré dans sa veste étroite de député-clown Européen.
Nous avons appris, ri aux éclats, dansé pour se réchauffer, suivant la charrette dite de « 150 kgs » avec humour, poussée, tirée par vos gilets oranges, pour mieux repartir en quête de sens.
Le groupe s’est étoffé au « fur » (jeu de mots ?) et à mesure de cette balade initiante.
Quant aux fenêtres s’ouvrant de manières aléatoires, par lesquelles, quelques jeunes enfants portés par leur mère vont voir et entendre l’animation de quartier, elles seront de même l’occasion d’improvisations fidèles à « Brest même ».
La meilleure… « Vous faites quoi à manger ce soir ? » « Du mulet avec des blettes. »
Il n’ y a qu’à Brest qu’une telle combinaison culinaire pouvait surgir à l’étage d’une jeune cuisinière « petite zèphe » et son sapin de Noël clignotant.
Les comédiens n’ont oublié personne dans leurs remerciements appuyés.
Pas même cette « jeune fille Colombienne » qui s’avèrera en fait une véritable jeune femme de petite taille, qui dira sa surprise et sa joie d’être à Brest, le tout au micro du géant désarticulé qui la questionnera à deux pas du pont de Recouvrance, au final.
Mes impressions.

Balade en ville organisée par le service Patrimoines, vendredi 14 décembre 2018, autour du thème de la reconstruction et traduite en langue des signes pour les personnes malentendantes,

Patrick

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Publier des commentaires